FNTP

Enquête mensuelle d'activité

Le secteur des Travaux Publics peine encore à retrouver son niveau d’activité d’avant crise. Sur les deux premiers mois de l’année, le niveau de facturation reste dégradé, de l’ordre de -11% par rapport à l’an dernier. La commande publique, un peu moins en retrait qu’en 2020, laisse entrevoir quelques signaux d’amélioration, surtout si elle venait progressivement à être renforcée par les premiers effets du plan de relance.

 

L’activité reste sur un plateau

Le montant des travaux réalisés se stabilise par rapport aux mois précédents et demeure bas en comparaison de 2020 (-9,9% par rapport à février 2020). En cumul sur les deux premiers mois de l’année, le niveau de facturations affiche une baisse de -10,9% par rapport à la même période de l’année dernière, qui connaissait toutefois un fort dynamisme avant le déclenchement de la crise sanitaire. Ce recul vient confirmer les anticipations des chefs d’entreprises, qui étaient en effet près de 95% à envisager une stabilité ou une baisse de l’activité au 1er trimestre 2021. En parallèle, de premières tensions sur les coûts de production, liées à la flambée du prix de nombreuses matières premières, apparaissent depuis le début de l’année.

Des prises de commandes un peu mieux orientées

En février 2021, le montant des marchés conclus reste inférieur de -5,1% par rapport à l’an dernier, mais progresse légèrement par rapport au mois dernier. De premiers signaux d’amélioration sont aussi perceptibles sur les marchés publics avec un resserrement du volume d’appels d’offres publiés sur les onze premières semaines de l’année : +1% par rapport à 2020.

Le volume d’heures travaillées stagne

Le volume total d’heures travaillées maintient sa tendance amorcée depuis la fin du premier confinement, et reste à un niveau dégradé, proche du rythme de baisse d’activité (-8,1% en cumul sur les trois derniers mois). Les effectifs ouvriers permanents restent en augmentation de +2% sur un an. L’intérim est en revanche toujours fortement impacté : les heures intérimaires chutent de -35% par rapport à l’an dernier sur les deux premiers mois de l’année.

 

Poursuite de la reprise

Si le redémarrage a été plus lent qu’espéré, les travaux réalisés enregistrent une progression sensible sur la fin d’année. Compte tenu de la dynamique des marchés conclus et des appels d’offres marchés publics destinés aux Travaux Publics, le redressement de l’activité, tout comme l’embellie du côté de l’emploi, devrait se poursuivre au cours des prochains mois.

Enquête trimestrielle d'opinion

En janvier 2021, les entrepreneurs des travaux publics sont légèrement moins pessimistes sur leur activité prévue pour les trois prochains mois qu’ils ne l’étaient en octobre dernier.
Ils continuent à juger que leurs carnets de commandes sont plutôt peu remplis : le solde d’opinion correspondant augmente légèrement, mais reste à un niveau très bas, bien au-dessous de sa moyenne de longue période.
Les goulots de production pour insuffisance de personnel sont aussi importants qu’en octobre 2020. 20 % des entreprises déclarent être limitées par un manque de main-d'oeuvre. Cette proportion, supérieure à sa moyenne de longue période, reste cependant moitié moindre que son niveau de janvier 2020 (40 %).
Les entrepreneurs sont plus nombreux qu’en octobre à prévoir d’augmenter leurs effectifs au cours des trois prochains mois. Le solde correspondant se situe au-dessus de sa moyenne de longue période. Il est toutefois bien inférieur à son niveau d’avant le début de la crise sanitaire.

Flash TP

Flash TP du 5 février 2021 - Nouveau modèle de contrat de sous-traitance 2020